Capsule  de

champagne Porte Guillaume de l’A.D.P.

(2007)

 

 

              Nous sommes fiers de vous présenter notre capsule de champagne qui a pour décor la Porte Guillaume située Place Darcy à Dijon. Cette capsule est la deuxième de notre série de monuments dijonnais après celle portant sur le Palais des Ducs.

 

         En partenariat avec le Champagne LACROIX TRIAULAIRE, à Merrey sur Arce dans l’Aube, nous vous proposons d’acquérir des bouteilles de champagne brut de ce producteur, régulièrement primé* pour la qualité de ses vins, que cette plaque coiffe effectivement. Suite à l'augmentation des prix de notre fournisseur, la bouteille vous est désormais proposée au prix de 14,50 € à l'unité ou par carton de 6 au prix de 84 € (sous réserve de disponibilité).

(A consommer avec modération : l'abus d'alcool est dangereux pour la santé)

 

Concernant la remise de la commande, celle-ci pourra se faire essentiellement selon les modalités suivantes :

-                           au siège de l’Association, 25 Boulevard Montaigne à Dijon (21000),

-                            au stand de l’A.D.P. lors des manifestations qu’elle organise ou auxquelles elle participe.

 

Les expéditions ne peuvent être effectuées qu'au cas par cas (par la Poste, aux frais et aux risques du destinataire).

 

        Attention : aucune commande ne sera prise en considération si elle n’est pas accompagnée de son règlement (à l’ordre de l’A.D.P.). Ce paiement ne sera toutefois encaissé qu’après la remise de votre commande.

 

         Depuis notre bourse du Cellier de Clairvaux du 14 septembre (2008), cette capsule est également proposée à la vente au prix de 3,00 € l'unité (frais d'envoi en sus déterminés selon le nombre de capsules achetées).

 

        Vous êtes intéressés ? Cliquez ici pour accéder au bon de commande. Pour toute précision complémentaire, n’hésitez pas à contacter l’association.

 

Vous voulez voir davantage de photos de cette capsule et avoir des explications sur la Porte Guillaume ? Cliquez ici !

 

Dimanche 11 novembre 2007   :    article du journal Le Bien Public